Lac d’Orédon : un sentier inutile en site protégé. Lettre ouverte de FNE 65 à la ministre de l'environnement

FNE 65 a envoyé une longue lettre ouverte à la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, pour l’inviter à ne pas signer l’autorisation de la création d’un nouveau sentier qui devrait faire le tour du Lac d’Orédon, dans le massif du Néouvielle.

Ce sentier est présenté comme devant permettre de mieux répartir la charge actuelle des touristes fréquentant le site.

FNE 65 rappelle que :

1) aucun élément du dossier présenté par le porteur de projet ne permet de justifier cette intention ;
2) le dossier minimise globalement son incidence à long terme sur les milieux qu’il traverse et qui l’environnent. En particulier, ce sentier conduira de nombreuses personnes au cœur de la seule station de Saule faux daphnée connue dans les Pyrénées française, sans qu’aucune mesure réelle de protection ne soit prise ;
3) la destruction de la qualité paysagère du site perçu aujourd’hui est totalement ignorée, tout un espace encore sauvage deviendra un espace aménagé, humanisé.

A l’heure où de nouvelles stratégies sont à l’étude pour endiguer la perte de biodiversité, pour minimiser l’impact de la fréquentation dans les espaces protégés, ce projet apparaît comme un contre-sens et génèrera une fréquentation importante dans une zone totalement préservée. Les propos sur le renforcement de la protection des milieux et des paysages devraient s’accompagner d’actes…

FNE 65 attend un premier signal en ce sens, Mme la ministre de la Transition écologique !
Contact presse : Renaud de Bellefon : 06 52 61 52 42

1 réflexion sur “Lac d’Orédon : un sentier inutile en site protégé. Lettre ouverte de FNE 65 à la ministre de l’environnement”

  1. Bravo FNE. Ce chemin n’a pas lieu d’être. Inutile et destructeur, cette vallée a déjà subit de gros dégâts ; la foret vers Aumar se souvient encore de la tranchée faite dans les années 1960. Il faut se battre contre ces projets, comme l’ont fait, en leur temps, mes parents et beaucoup d’autres, qui ne voulaient pas de la route Oredon – Barèges. Ils ont gagné. Je dirai aussi qu’il faut arrêter le passage des véhicules jusqu’à Oredon, afin de redonner le silence et la liberté à ce parc naturel de plus en plus artificiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code